Creative City vous livre son deuxième coup de cœur. Si le thème de cette 11e édition du concours est le jeu, le sujet traité dans PARTIE DE CACHE-CACHE, court-métrage de Marie Nardon, n’en demeure pas moins grave. Nous osons même parier qu’il ne vous laissera pas indifférent.

« Méfiez-vous des loups doucereux qui, de tous les loups, sont les plus dangereux » prévenait Charles Perrault. PARTIE DE CACHE-CACHE dure à peine deux minutes et vingt secondes, la durée maximale pour tous les films du concours, mais cela suffit à sa réalisatrice pour y mettre une grande intensité émotionnelle et dénoncer un drame, malheureusement trop fréquent et dont les victimes ne sortent jamais indemnes.

Tant mieux si j’ai dérangé, c’était mon but ! 

Marie Nardon, 26 ans, réside à Paris. Elle a fait l’EICAR (Ecole des métiers du cinéma, de la télévision et des nouveaux médias) et totalise quatre courts-métrages à son actif, le dernier en 2016. La jeune femme travaille actuellement comme régisseuse adjointe dans des sociétés de production audiovisuelle à Paris. De son propre aveu, ce concours Nikon lui a donné, après cinq ans d’absence, le goût de se remettre en selle pour réaliser d’autres courts-métrages, qui reste son format de prédilection.

PARTIE DE CACHE-CACHE a mobilisé onze personnes. Il a été tourné mi-décembre en une journée. C’est la deuxième participation de Marie au Nikon Film Festival car elle avait déjà présenté JE SUIS UN CHOIX IMPOSSIBLE qui abordait, toujours en deux minutes, les problèmes du couple. TU DEVRAIS ÊTRE FLATTÉE avait également été remarqué car elle dénonçait, bien avant l’heure, le sexisme et le harcèlement subis par les femmes dans la rue. Inspirée par du vécu, elle l’avait écrit et réalisé en juin 2014, alors qu’elle était étudiante à l’EICAR.

J’ai beaucoup hésité dans le choix de ce thème qui reste tabou. Ce sujet m’a toujours interpellé, même si c’est très compliqué d’en parler et encore plus de le traiter. Je suis passionnée par les sujets de société et, dans PARTIE DE CACHE-CACHE qui était pour moi un défi, j’appelle à la vigilance

Deux comédiens professionnels

Les rôles du père et de la mère sont interprétés par des comédiens professionnels. Charlie Fargialla s’était notamment produit dans LES CRAPAUDS FOUS, pièce de théâtre de Mélodie Mourey, jouée à Paris de mai 2018 à mars 2020. Il a également proposé son propre film au Nikon 2021 : L’HEURE DU CRIME. Emilie Van Wormhoudt, comédienne professionnelle, a tourné quant à elle dans une quinzaine de courts-métrages, dont MARDI DE 8 À 18, sélectionné par la Semaine de la critique à Cannes en 2019.

C’était la première fois que Marie tournait avec un enfant, en l’occurrence Valentin, 6 ans, qui joue le rôle de Lucas.

On s’était mis d’accord avec ses parents pour qu’il ne connaisse pas le sujet. Pour lui, ce n’était donc qu'une simple partie de cache-cache. Du coup, c’était un double défi car il fallait obtenir chez lui des réactions crédibles. Charlie a été formidable. Il l’a traité comme un égal, un comédien pro. Valentin était très concentré et surtout hyper fier d’avoir participé au tournage. Pour lui, il tournait dans un Spielberg !