L’abeille est un insecte fascinant, le seul être capable de produire sa nourriture. Véritable petite usine organique, elle élabore différents aliments dont les vertus sont connues depuis l’Antiquité. Stany Skorupski, 57 ans, réside à Villevaudé (Seine-et-Marne) et travaillait avant à Paris comme éducateur spécialisé. Il s’est reconverti dans l’apiculture, métier pour lequel il s’est découvert une véritable passion.

J'aime ce travail parce qu'il est au contact direct de la nature et que les abeilles ne se trompent jamais.

Stany a mûri son projet pendant deux ans avant de se décider à franchir le pas en déposant un dossier d’immatriculation au registre du commerce et des sociétés. Début mars, il n’était pas peu fier d’avoir obtenu son numéro Siren d’apiculteur récoltant.

C'est mon voisin, un ancien apiculteur qui a exercé pendant 40 ans, qui m'a formé puis encouragé à me lancé dans l'aventure. Aujourd'hui, il me conseille, m'assiste dans certaines manoeuvres délicates comme la manipulation des essaims.

L’année dernière, avec quatre ruches achetées à son voisin, il a récolté 20 kilos de miel, principalement d’acacias, tilleul et toutes fleurs.

Petit à petit, l’apprenti apiculteur s’est piqué au jeu et 2021 sera la grande année puisqu’il a récemment acquis une vingtaine d’essaims, des abeilles de l’espèce Buckfast, et installé une trentaine de ruches sur des terrains à Villevaudé, Le Pin et Lesches.

La saison démarre au mois de mai et, après avoir construit une mini-miellerie dans son jardin, Stany est désormais fin prêt. Mardi 30 mars, il est venu avec sa fille, Lola, inspecter ses treize ruches sur le terrain de Villevaudé, en bordure de la D86 qui mène à Lagny-sur-Marne.

Il fait beau. Les abeilles sortent et l'on peut voir qu'elles rentrent avec du pollen sur leurs pattes. Quand on ouvre les ruches, on voit qu'il y a des couvains et qu'elles commencent aussi à remplir les alvéoles des cadres : c'est bon signe.

Sept métiers différents dans une vie

Mais l’activité de cette ouvrière hors pair ne se limite pas uniquement au miel. Elle fabrique également du pollen, de la propolis, cire et gelée royale. Sa durée de vie est de six semaines, au cours desquelles elle accomplira sept métiers, selon les besoins de la collectivité : nettoyeuse, nourrice, manutentionnaire, ventileuse, architecte, garde et enfin butineuse, son dernier métier, le plus noble pour une abeille.

Pour fabriquer 28 grammes de miel, une butineuse accomplit environ 1600 allers-retours, peut visiter 250 fleurs en une heure et rayonner jusqu’à 5 km de sa ruche.

C'est très méditatif de les voir travailler, mais ce sont des insectes fragiles. Leurs ennemis sont la pollution, les pesticides, le réchauffement climatique, le varroa qui est un parasite, ainsi que le redoutable frelon asiatique.

Lola

Comme il aime partager sa passion et expliquer en détail son travail, Stany a créé sa chaîne Youtube, Les abeilles de Stany, sur laquelle il diffuse régulièrement des vidéos réalisées avec sa fille.

Les abeilles de Stany | Facebook