Gisèle Meunier-Picquet, ancienne enseignante de 69 ans, a commencé à écrire en 1990. Depuis, elle a publié neuf romans, trois livres pour enfants, six recueils de nouvelles et poésies. Plusieurs prix ont récompensé ses ouvrages et, en 2019, elle a reçu le prix spécial de littérature par le Lions club Ile-de-France Est pour l’ensemble de son œuvre. Zoom sur un auteur pour qui écrire n’est pas un vain mot.

En tant qu’écrivain, j’aime tout ce qui touche à l’être humain

Son premier roman a été publié en 2004 et à la question de savoir quel est son roman préféré, elle vous répond en souriant : le prochain. Depuis qu’elle est en retraite, sa passion de l’écriture ne la quitte plus et Gisèle est à l’aise avec tous les genres, même si elle avoue une préférence pour ce qui touche l’humain.

Son dernier roman paru en juin 2019, L’ENFANT NÉ A CREDIT, soulève ainsi le problème de la politique de l’enfant unique instituée en Chine depuis 1979. Même si celle-ci a été abrogée en 2011, quelles en sont, 40 ans plus tard, les conséquences pour des milliers de Chinois dont la naissance n’a pu être déclarée et qui vivent sans identité ? Ce livre a nécessité deux ans et demi de travail à l’issue d’un voyage en Chine.

De même LES ENFANTS DE SÉNÉPO, publié aux éditions du Parc chez Sépia en 2011, résulte-t-il de l’un de ses voyages au Sénégal.

Du polar au livre pour enfant

Mi-polar, mi-aventure,  « UN ALLER SIMPLE POUR GRASSE ! paru en 2018, s’inspire quant à lui du roman LA MODIFICATION écrit en 1957 par Michel Butor, grande figure du Nouveau roman. A la veille de Noël, un événement imprévu bouleverse les projets de Claire qui devra quitter in extremis sa Bretagne pour se rendre dans le Sud de la France afin de régler une sordide affaire.

Avec DIS MAMIE, RACONTE-MOI… L’ESCARGOT, publié en 2018, Gisèle s’adresse cette fois aux plus jeunes dans un style à la fois ludique et pédagogique. Ils sauront tout sur les escargots de Normandie, leur chanson et bien d’autres histoires encore concernant ces gastéropodes rigolos…

Une seule passion, plusieurs casquettes

Sa passion l’a conduite à coiffer plusieurs casquettes : membre de la société des auteurs de Normandie, du comité de rédaction de la gazette de l’Université Inter-âges de Melun, du SJE (Syndicat des journalistes et écrivains), déléguée pour la Seine-et-Marne de l’ADELF (Association des écrivains de langue française) et enfin présidente de l’ALEC (Association Lire écrire conter). Elle a  fondé cette association en 2007 à Ozoir-la-Ferrière, ville où elle réside en Seine-et-Marne, pour transmettre le plaisir de lire et d’écrire à ses semblables. Dans le cadre de celle-ci, Gisèle anime bénévolement chez elle des ateliers d’écriture et des échanges autour de lectures et salons du livre.

Ma passion pour l’écriture est certainement venue avec ma soif de lecture et de culture, et mon désir incessant d’apprendre.

Les deux confinements de mars et octobre n’ont pas contrarié l’inspiration des membres de l’ALEC. Deux ateliers d’écriture ont pu se dérouler en septembre et octobre et deux tables rondes, dont l’une sur l’œuvre féconde d’Amélie Nothomb, ont également eu lieu. L’association aide aussi ses membres à publier leurs réalisations. Ainsi le livre de Gertrud Erika Fürst, QUAND ON N’EST QU’UNE FEMME, recueil de nouvelles autobiographiques sur les difficultés de l’émancipation féminine, a été édité en juin.

A l’heure où nous publions cet article, Gisèle est en pourparlers avec une maison d’édition pour son 10e roman. Superstitieuse, elle n’a pas voulu nous en dire plus, mais a promis d’en réserver la primeur à Creative City. Et on a déjà hâte !

Ma page d’accueil – gisele-meunier.simplesite.com

Lire aussi :