Ralph BEAUBRUN, 34 ans, est un artiste déjà connu mais dont on n’a pas fini de parler. Son dernier single PERTE DE TEMPS évoque, sur de nouvelles sonorités trap et des accents groovy, ces histoires qui parfois s’éternisent inutilement en reproches et en regrets. Mais le chanteur loue aussi la liberté retrouvée lorsque l’on a le courage de s’avouer que tout est fini. Aveu ou message ?

Après des études en ingénierie mathématique à Bordeaux et un métier parallèle de danseur professionnel, Ralph choisit d’embrasser une carrière artistique et s’installe à Paris en 2008. Il se fait remarquer dans le milieu de la danse et, en 2012, accompagne TAL pendant sept ans, co-écrivant et composant plusieurs titres pour elle (ARE WE AWAKE,LE TEMPS QU’IL FAUT, DAOW…), soit quatre albums. Il a également été choriste et danseur sur scène pour DADJU et a dansé pour Julien DORÉ et STROMAE.

Un titre par mois

En janvier 2021, Ralph décide de prendre un nouveau départ et… ne perd pas de temps : il sort J’EN AI BESOIN en janvier puis J’PEUX PAS OUBLIER en février, deux singles qui cartonnent bien. Dans le second titre, qui fait près de 56 000 vues sur Youtube, il rend hommage à ses racines haïtiennes sur des accents groovy qui font bouger. Enfin, dans PERTE DE TEMPS, lancé le 19 mars, le danseur et chorégraphe confirme sa place dans l’univers de la chanson, y ajoutant sa touche personnelle d’auteur-compositeur.

Origine et influences

Enfant, Ralph a baigné dans une double culture musique musicale, rythmée par les airs traditionnels d’Haïti de BOUKMAN EKSPERYANS, le groupe emblématique qui a marqué l’histoire de la musique haïtienne et qu’il a même accompagné à l’âge de 17 ans dans une tournée américano-canadienne. Il revendique également un héritage pop avec les influences de Michael JACKSON, Bob MARLEY, Janet JACKSON, Whitney HOUSTON, PRINCE…

J’ai commencé  à danser à l’âge de 3-4 ans. C’était en regardant Thriller, le clip de Michael JACKSON. C’est comme ça que la danse m’est venue. Après, cela a continué avec sa sœur, Janet JACKSON, quand j’étais adolescent. 

Son talent musical allié à un don inné pour les rythmes pop et r’n’b, ainsi que les mélodies plus traditionnelles qu’il sait revisiter avec bonheur, font de lui un authentique Topliner.

Depuis 2015, Ralph donne des cours de danses à Paris, notamment au Lax Studio, dans le 20e arrondissement, et au Studio Harmonic, près de Bastille.

À lire aussi: